IDÉES 

REÇUES-RÉALITÉS

Idées Reçues et Réalités autour de L'Endométriose 

Les suppositions et la complexité «en tout point» de cette maladie qui se nomme Endométriose, ont conduit les personnes (monde médical compris) à se faire des idées fausses, des conclusions fausses, des suggestions fausses, des mythes, autour de celle-ci. Une maladie qui touche de nos jours plus de 180 Millions de femmes dans le monde (diagnostiquées) et bientôt 2 femmes sur 10 en France. 

(Nous y sommes non ? voir plus ) 

Dans cet article je vais dissiper les malentendus, les rumeurs et rétablir des vérités, réalités. L'Endométriose est une maladie complexe, difficile à comprendre, oui, même du monde médical. Pourquoi? Parce qu'il n'existe pas encore de formations spécifiques à celle-ci , et très peu de spécialistes. Nous sommes d'accord, cela n'est pas normal , vu le nombre de femmes atteintes par celle-ci, mais c'est ainsi. Nous ne savons pas d'où celle-ci provient, pourquoi, ni comment, et il n'existe toujours pas de traitement. Son fonctionnement est connu, mais nous ne pouvons que la ralentir dans le meilleur des cas, ou pas. Tu n'as pas un Cancer, tu ne vas pas mourir!Sachez bien que l'Endométriose se comporte comme un cancer, par le Professeur Jean Bouquet de la Jolinière. (2012) , celle-ci s'alimente et prolifère. D'où le fait qu'elle est nommée : Le cancer dont on ne meurt pas ou encore le cancer bénin. Les symptômes sont multiples faisant penser à d'autres maladies, mais elle peut aussi être asymptomatique, lors d'un examen type IRM, quand on la suspecte, on peut ne pas la voir, encore des complexités de cette maladie qui retardent un diagnostic. Je précise que le diagnostic réel de cette maladie prend des années. Cette maladie dont on refuse de parler affecte physiquement, moralement et socialement les femmes. 

C'est normal d'avoir mal pendant les règles: Même un médecin vous dira qu'il est normal d'avoir mal pendant ses règles. Mais non, justement ce n'est pas normal. Il y a douleurs et douleurs , une différence entre sentir une douleur parce que ses règles arrivent, et des douleurs à ne pas pouvoir s'asseoir, se lever, devoir s'accroupir, en vomir, et souvent en faire des malaises. De devoir s'absenter de l'école, du travail, ne plus pouvoir sortir de chez soit. Une période de règles normale à une période de règles intenses, longues, abondantes et douloureuses. Malgré cela, les femmes qui subissent se retrouvent à entendre que c'est psychologique. « C'est dans votre tête ma petite dame ». Encore un retard de diagnostic. Mais attention quand on a de l'endométriose, les douleurs peuvent être au-delà de cette période et devenir quotidiennes, cela est souvent le cas vu les retards du diagnostic et donc l'étendu de la maladie. N'oublions pas, les symptômes multiples et les douleurs associées aux foyers actifs. 

Tu es trop jeune pour avoir de l'Endométriose : Il n'y a pas d'âge pour avoir de l'endométriose ! Beaucoup trop de médecins croient encore que l'endométriose est rare chez les adolescentes et les jeunes femmes. Par conséquent, ils ne prennent pas en compte les douleurs, ni effectuent un diagnostic . En fait, la plupart des femmes ressentent des symptômes, des douleurs à l'adolescence, mais, malheureusement, ne sont pas diagnostiquées jusqu'à ce qu'elles aient 20/30 ans. En ayant la chance de tomber sur un médecin qui connaît cette maladie.  

L'endométriose est psychologique : Je vous garanti qu'une femme qui souffre de cette maladie fera un bon si vous osez lui dire ceci. L'Endométriose n'est pas psychologique! Elle est bien réelle et elle n'est pas crée pas l'émotionnel, par contre l'Endométriose affecte émotionnellement. C'est bien une maladie complexe, voir très complexe, enracinée en nous et multifactorielle. 

L'Endométriose ne touche que l'utérus et les ovaires : FAUX ! L'Endométriose peut toucher n'importe quel organe. Une maladie chronique incurable inflammatoire complexe gynécologique mais qui au final n'est plus si gynécologique que ça quand elle atteint les parties digestives , respiratoire, urinaire et autres. 

Une grossesse ne guérit PAS l'Endométriose : Les femmes qui ont de l'endométriose, et qui réussissent à tomber enceinte, auront moins de douleurs ( temporairement ), et si elles décident d'allaiter ( avec un allaitement fréquent ) elles peuvent réussir à retarder le retour des symptômes et douleurs. Mais attention , pas pour toutes! Certaines ont cette chance et d'autres vivent leur grossesse avec le ressenti de l'endométriose. La grossesse n'éradique pas la maladie , encore une fois. 

Les traitements hormonaux guérissent l'Endométriose : FAUX ! Les traitements hormonaux de synthèse comme la pilule, les progestatifs, et les analogues de la GnRh , Enantone , Décapeptyl ont été utilisés pendant de nombreuses années pour « traiter »l'endométriose . Cependant, ces traitements hormonaux n'ont pas d'effets à long terme sur la maladie elle-même. Ils ne suppriment que temporairement les symptômes, douleurs. Voir, dans certains cas , ne fonctionnent pas ( une question de récepteurs hormonaux ). Les effets indésirables sont néfastes, peuvent être lourds et irréversibles. 

Endométriose = Infertilité! FAUX ! Trop de femmes diagnostiquées pensent que avoir de l'endométriose signifie qu'elles ne pourront pas concevoir. Cela est faux, et ici nous voyons encore une complexité de cette maladie. Du pile ou face. A qui la chance? Une femme en stade I peut ne pas arriver à concevoir un enfant et une femme en stade IV y arrive naturellement. Une femme en stade III va devoir passer par une/des FIV et alors qu'une femme en stade II non. Une femme en Stade IV devra adopter si un jour elle veut un enfant et une femme en stade IV concevra avec une, deux FIV. Vous comprenez où est la complexité et pourquoi je dis Pile ou Face, ou à qui la Chance? Aucune relation , un risque, oui, mais Endométriose ne veut pas dire Infertile. 

L'hystérectomie guérit l'Endométriose! "Va te faire enlever l'utérus!" FAUX! Oui oui, nous entendons souvent ce genre de mots...Alors...Non, loin de là. Nombre de femmes ont subit une hystérectomie en vain. Cela n'éradique pas cette maladie. Ah ...si seulement il suffisait de cela .....MAIS non. Rappelez vous , elle se propage sur les organes, elle prolifère, et s'entretien, donc ce n'est pas la solution. Pour ma part je pense , que si l'hystérectomie pouvait soulager, ce serait en complément d'une exérèse radicale de tous les foyers, réalisées sans traitements hormonaux, avec ovariectomie. Comme Le Dr R. ( grand spécialiste ) a pu en parler à maintes reprises. Tout en sachant qu'il y a toujours un pourcentage pour que celle-ci revienne à la charge. 

Une opération guérit l'Endométriose: FAUX! Les femmes endométriosiques subissent de multiples opérations au court de leur vie, de simples, de complexes, de très complexes et lourdes opérations et puis il y a celles pour qui on ne peut plus rien faire, ou celles pour qui il y a trop de risques. Un spécialiste ne peut pas enlever tous les foyers d'Endométriose, il en reste toujours. Même Robot assistée. 

Arrêtes de te plaindre d'avoir mal , ce n'est rien, tu ne vas pas mourir! Alors je vais dissiper un peu le nuage autour des plaintes des femmes qui subissent cette maladie. Imaginez-vous recevoir un coup de couteau, puis maintenant imaginez que l'on tourne celui-ci dans la plaie. Imaginez que vous prenez une décharge ou plusieurs décharges électriques. On dit qu'un homme ne supporterait pas des douleurs d'accouchement. Et bien maintenant imaginez. Alors il y a celles qui subissent ça 1 fois par mois ( 1semaine à 2 semaines ), puis celles qui subissent ça en permanence en espérant un jour de répit de temps à autre. Il y a celles qui doivent prendre des anti inflammatoires, puis celles qui passent à l'ixprim, contramal, tramadol, puis celles qui passent par la morphine. Elle doit se taire et arrêter de se plaindre ?  

Au sujet du « tu ne vas pas mourir » : Il y a les complications de la maladie et des maladies associées, les complications des opérations puis il y a celles qui pensent au suicide et puis celles qui franchissent le pas. 

ET malgré tout ceci , nous n'en parlons pas assez, malgré tout ceci elles sont rabaissées , ignorées . Mises de côté. 

Il faut taire les fausses croyances autour de cette maladie car cela envenime les choses et n'aide pas à avancer. Ni à l'acceptation de la maladie, ni pour apprendre à vivre avec, ni à être écouté. 

Pour nous femmes atteintes par une maladie lourde il est ESSENTIEL que l'on nous écoute, ne serait ce que pour un diagnostic moins tardif, pour commencer, et pour le soutien que nous méritons et dont on a peu, même de nos jours.